La gestion des risques
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Note 5.00 (1 Vote)
-

1. Comment l'entreprise devrait-elle gérer le risque si celui-ci se concrétisait?

"Le risque majeur ne prend aucun risque. Dans un monde en pleine mutation, la seule stratégie qui soit assurée pour échouer est de ne pas prendre de risques." - Mark Zuckerberg, fondateur du livre Face.

Tout comporte un degré de risque allant de l’apprentissage de la conduite à l’essai d’une nouvelle coiffure. Quand vous avez une petite entreprise, vous savez que vous êtes prêt à affronter tous les risques - certains dont vous êtes au courant et d'autres qui ne le sont pas. En tant que PDG, vous ne laissez pas cela vous empêcher de peser la réalité et de prendre la meilleure décision possible. Et si les choses ne fonctionnent pas comme prévu? Eh bien, vous proposez une nouvelle stratégie dans une perspective plus sage. En tant que dirigeant de cette société cible, je conseille vivement au PDG de toujours développer de nouvelles stratégies d’un point de vue plus avisé. Liverant, S., & Scodel, A. (2014).

Avec peu de ressources et des marges bénéficiaires fluctuantes sur le marché, savoir comment gérer les risques et prendre de bonnes décisions devrait être une priorité majeure. En tant que gestionnaire chargé de cette tâche, je recommande les considérations suivantes:

Suivez vos flux de trésorerie:

Combien d'argent avez-vous en ce moment? Pouvez-vous payer vos factures? Et si votre client principal est allé ailleurs? En général, vous disposez de quatre à huit mois d’argent pour couvrir vos dépenses. Soyez conservateur. Demandez à vos fournisseurs de payer pendant soixante ou quatre vingt dix jours. Vous devez toujours connaître votre situation financière, meilleure ou pire, et disposer d'un plan d'urgence réalisable.

Écoutez les alertes:

Si vous avez bien embauché ou si vous avez des conseillers proches, vous pouvez faire confiance à leurs doutes. Constatent-ils quelque chose d'inquiétant dans un contrat, un employé, un fournisseur ou une opportunité?

Il est facile de ne pas tenir compte des idées des autres, mais vous devez écouter. Ils ont votre intérêt à cœur, même si vous n'avez pas besoin de l'entendre. Remercie-les et récompense-les Bell, DE (2015).

Devenir légal:

La vérité est que vous ne pouvez pas grandir et exceller sans conseil juridique. Embaucher un comptable. Former une LLC pour réduire tout passif, au lieu des finances de votre entreprise est en danger. Avoir un avocat relooker vos contrats d'entreprise. Oui, c'est cher, mais vous ne pouvez pas permettre de ne pas protéger la société en tant que PDG. Il est fort probable qu'à un moment donné, vous serez heureux d'avoir eu la prévoyance d'engager des experts.

Éviter l'engagement:

Il peut sembler prudent de signer un bail de bureau à long terme. Jusqu'à ce que vous soyez correctement établi, vous devez être agile et capable de développer des améliorations rapides. Les clients changent et les projets vont sur le côté. Vous pouvez décider de réduire votre concentration ... ou de l'augmenter. Quelque chose comme une adresse coûteuse peut devenir un préjudice. Veillez à ne pas vous engager dans quoi que ce soit qui pourrait épuiser les ressources de votre entreprise.

Le risque est nécessaire - en fait, il peut être exaltant de vous faire monter au niveau suivant. Mais toujours, même lorsque vous devenez une société Fortune 500, il faut être prudent. N'oubliez pas: Mark Zuckerberg n'aurait pas réussi sans risque. En tant que directeur de votre entreprise, vous êtes impatient de voir que vous utilisez le risque pour devenir la prochaine entreprise phénoménale!

2. Conditions dans lesquelles les décisions sont prises

La prise de décision

La prise de décision dans des conditions de risque devrait chercher à identifier, quantifier et absorber le risque si nécessaire. la quantité de risque est égale à la somme des probabilités d'un résultat risqué (ou de divers résultats) multipliée par la perte attendue à la suite du résultat.

La capacité d'une entreprise à absorber, transférer et gérer les risques montre toujours l'appétit du risque de la direction; Une fois que les risques sont connus et quantifiés, des décisions peuvent être prises quant au degré d'acceptation des résultats risqués.

une. N'oubliez pas l'acceptation du risque

De nombreuses occasions d'atténuer davantage les risques n'ont tout simplement pas de sens financier. Lorsque la perte potentielle résultant d'un risque ne dépasse pas le coût de la mise en œuvre d'un contrôle d'atténuation des risques, demandez à la haute direction d'accepter le risque et de la rattacher à des risques plus inacceptables. Cela dit; n'oubliez pas de monétiser le coût probable de la réputation ou de la perte de clientèle ou de la bonne volonté réglementaire dans vos décisions.

b. Utiliser le risque pour permettre le développement des affaires

Vous n'êtes pas obligé de supprimer tous les risques. Dans certains cas, les professionnels de la gestion des risques technologiques ne se souviennent pas que les entreprises doivent subir certains risques pour exceller. Venir avec de nouveaux produits innovants peut être risqué. Assurez-vous simplement que votre entreprise comprend les risques et les maintient dans un état raisonnable. Tant que le risque est égal ou inférieur au niveau d'acceptation de l'entreprise, arrêtez-vous ou vous risquez une réduction des revenus!

c. Considérer le transfert de risque

Transférer le risque quelque part est un moyen relativement peu douloureux, mais souvent oublié. Le risque peut être transféré à un tiers par le biais d'un accord légal ou d'une police d'assurance. De nos jours, la majorité des polices d’assurance multirisques développent une police ou un avenant de cyberassurance. En tant que PDG, assurez-vous de connaître une telle couverture et incluez-la dans votre évaluation des risques. Au lieu d’ajouter de nouveaux contrôles, il peut être beaucoup moins coûteux d’autoriser un contrat ou une police d’assurance pour couvrir les pertes.

ré. Améliorer les contrôles existants avant d'en déployer de nouveaux

Les experts en gestion des risques technologiques commencent toujours par suggérer la mise en place de nouveaux contrôles sans évaluer l'efficacité des contrôles existants. Les contrôles toujours en place peuvent être améliorés ou renforcés suffisamment pour réduire le risque à un degré acceptable sans entreprendre un nouveau déploiement coûteux.

3. Le PDG devrait envisager des solutions de rechange pour réduire les risques au minimum.

Conditions d'incertitude dans la prise de décision

Un État dans lequel le décideur ne connaît pas tous les choix, ainsi que les risques liés à chacun d’eux et les conséquences possibles.

Dans cette situation, la majorité des décisions sérieuses d’aujourd’hui sont prises. L'évolution constante de la vie financière incite les dirigeants à décider, sans connaître toutes les alternatives, ni à connaître les risques associés aux alternatives connues, ML, & MacGregor, DG (2005). Une telle situation est liée à des risques très élevés de décision erronée, ce qui pourrait avoir des effets contre-productifs. Premièrement, afin de réduire les risques, les dirigeants doivent collecter autant de données importantes que possible, puis essayer de faire un choix rationnel et logique. L’intuition, le jugement correct et la rencontre sont dans de telles situations, la priorité, même si vous devez vous rappeler d’autres méthodes qui peuvent aider à décider.

Conditions de certitude dans la prise de décision

Une situation dans laquelle le directeur général devrait prendre une décision implique un niveau raisonnable de suavité quant à son résultat, quelles sont les opportunités et quelles conditions accompagnent cette décision.

Cela revient au fait que le PDG voit toutes les possibilités et tous les risques des alternatives disponibles, qui, dans l'exemple le plus simple, sont au nombre de deux. Malheureusement, la société ne prend pas beaucoup de décision dans des conditions de véritable suavité. Les décisions cycliques ont un certain niveau de certitude, mais si la récurrence est perturbée (par exemple à la suite de la faillite d’un des fournisseurs), le processus de décision doit être effectué avec un certain niveau de risque, ce qui est dû en premier lieu. tous, un éventail plus large de possibilités, deuxièmement, l'ignorance des autres acteurs, deuxièmement, une volatilité et une imprévisibilité continues des changements du marché.

4. Prendre une décision dans des conditions de risque

Une condition dans laquelle la disponibilité des différentes chances et associée à chacune d’elles les avantages et les coûts probables est connue avec une probabilité estimée.

L'important est la capacité de prédiction par le PDG du résultat probable des actions. Le PDG doit utiliser avec précaution ses qualités individuelles telles que l’intuition et capitaliser sur la rencontre du passé. Les situations à risque s'accompagnent d'un degré de confusion moyen et d'un risque modéré de prendre une mauvaise décision. Les scientifiques associent ce type de situation au jeu. En matière de gestion, une décision risquée est prise en connaissant les cartes de l’adversaire, du moins dans une partie substantielle de celle-ci, Singh, JV (2014). . Par contre, on ne sait pas quels impacts peuvent amener une décision favorisant l'une ou l'autre des parties.

5. Modèle décisionnel classique

Hypothèses derrière le modèle

Comment décririez-vous les situations idéales pour prendre une décision? De nombreuses personnes n'hésiteraient pas à mentionner un accès limité à l'information, une élimination complète du manque de suavité et peut-être même la capacité de prédire l'avenir. Le modèle classique de prise de décision correspond assez étroitement à cette description. C'est un modèle rationnel de prise de décision qui suppose que les dirigeants ont accès à l'ensemble des données et sont en mesure de prendre une décision optimale en pondérant chaque alternative. Le modèle suggère ensuite la liste des actions que les PDG doivent appliquer pour parvenir à la décision qui leur convient le mieux.

Le modèle classique repose sur quatre hypothèses principales:

  • Problème clairement défini- Le modèle suppose que le décideur s'est clairement fixé des objectifs et sait ce qu'on attend de lui.
  • Certain environnement- Le modèle suggère en outre qu'il incombe au décideur d'éliminer toute incertitude susceptible d'avoir une incidence sur la décision. En conséquence, il n'y a aucun risque à prendre en compte.
  • Des informations complètes- Le décideur est en mesure d'identifier toutes les alternatives qui s'offrent à lui, de les évaluer et de les classer de manière objective.
  • Décisions rationnelles- Enfin, on pense que le décideur agit toujours dans le meilleur intérêt de l'organisation.

6. Aspects comportementaux

Aspects comportementaux du leadership

Parfois, le type de leadership impliqué dans une entreprise peut avoir un impact positif ou négatif sur la décision prise. Dans ce cas, le système de direction de la société ne favorise pas la prise de décision rapide, car la chaîne de gestion est longue, la décision est donc longue à prendre.

Aspects comportementaux de la gestion des coûts

L'aspect coût de la gestion n'affecte pas vraiment la prise de décision pour l'entreprise, mais cela peut en résulter en raison de la qualité du temps passé à prendre des décisions pendant le processus de prise de décision.

7. Avantages et inconvénients de prendre des décisions au sein d'un groupe ou d'une équipe

Avantages de la prise de décision en groupe

La prise de décision en groupe offre deux avantages par rapport aux décisions prises par les individus: la synergie et le partage d'informations. La synergie est l'idée que le tout est plus grand que la somme de ses parties. Lorsqu'un groupe prend une décision collectivement, son jugement peut être plus vif que celui de l'un de ses membres. Grâce aux discussions, aux questions et à la collaboration, les membres du groupe peuvent identifier des solutions et des recommandations plus complètes et plus robustes.

Inconvénients de la prise de décision en groupe

Diffusion de la responsabilité

L'un des inconvénients possibles de la prise de décision en groupe est qu'elle peut créer une diffusion de la responsabilité qui se traduit par un manque de responsabilité pour les résultats. En un sens, si tout le monde est responsable d’une décision, alors personne n’est Bell, DE (2015). De plus, les décisions de groupe peuvent aider les membres à nier leur responsabilité personnelle et à blâmer les autres pour les mauvaises décisions.

Ma société cible est Starbucks.

Les références

Bell, DE (2015). Déception dans la prise de décision dans l'incertitude. Recherche opérationnelle, Edwards, W. (1954). La théorie de la prise de décision]'. Bulletin psychologique, 51 (4), 380.

Liverant, S. & Scodel, A. (2014). Le contrôle interne et externe en tant que déterminants de la prise de décision dans des conditions de risque. Rapports psychologiques, 7 (1), 59-67.

Lurie, NH (2004). Prise de décision dans des environnements riches en informations: Le rôle de la structure de l'information. Journal of Consumer Research, 30 (4), 473-486.

Singh, JV (2014). Prise de performance, de jeu et de risque dans la prise de décision organisationnelle. Académie de gestion Journal, 29 (3), 562-585.

Slovic, P., Peters, E., Finucane, ML et MacGregor, DG (2005). Affect, risque et prise de décision. Psychologie de la santé, 24 (4S), S35.
«Prendre des décisions dans des conditions de risque et d'incertitude». Une gestion sans bornes.

Pièces jointes:
FichierDescriptionTaille du fichier
Télécharger ce fichier (risk_managenent.pdf)Gestion des risquesGestion des risques506 kB

Plus d'échantillons d'écritures

Offre spéciale!
Utilisez COUPON: UREKA15 pour obtenir 15.0% off.

Toutes les nouvelles commandes sur:

Rédaction, réécriture et édition

Commander Maintenant