La lutte des femmes canadiennes pour l'égalité

Évaluation du contenu

Notre classement: 100% - 64 votes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Note 5.00 (1 Vote)

L'inégalité des femmes au Canada remonte à l'Acte américano-britannique de 1867, qui est devenu la fondation de la constitution canadienne. La principale lacune inscrite dans la BNA était la suppression totale des droits des femmes. Ici, il a été interdit aux femmes de participer directement à la vie publique. En conséquence, les femmes ont été marginalisées dans la vie publique.

Au cours d'une période dépassant une décennie, les femmes canadiennes ont formé des groupes dans le but de créer un degré d'équité civique pour elles et leurs familles. Ils ont fait valoir qu'ils apportaient chaque jour une contribution significative à la société. Par conséquent, ils ont ordonné des droits semblables à ceux que possèdent les hommes. Les obligations familiales assumées par les femmes et les droits civiques imposés par les femmes de participer à la politique ont façonné le dynamisme avec lequel les organisations de femmes ultérieures ont navigué. Cependant, l'ordre des mêmes droits que les hommes a été la caractéristique de l'organisation de femmes qui a résisté à l'épreuve du temps malgré l'opposition constante.

Jusqu'à 1946, le droit de vote des femmes lors d'une élection n'était pas présent et leur nationalité était déterminée par le père ou le mari. Les dispositions en vigueur à l'époque allaient de pair avec le droit de vote et le droit de citoyenneté pour les femmes qui contractent un mariage avec un homme non britannique. Les femmes mariées étaient obligées de subvenir aux besoins de leur conjoint et étaient empêchées de chercher un emploi ou de se livrer à des activités génératrices de revenus. Dans les 1960, les femmes ont été autorisées à prendre part aux élections. Cependant, c’est le nombre de candidates qui ont réussi à obtenir des sièges qui a permis d’obtenir quelques femmes, tant au sein de la magistrature que du pouvoir législatif. En outre, une idéologie selon laquelle seule la maternité pouvait permettre aux femmes d’acquérir un statut était avancée en permettant uniquement aux femmes mariées d’avoir accès au contrôle des naissances. À travers ces actes, les femmes ont été rétrogradées au rôle de en étant constamment mises à l'écart dans d'autres aspects de la société. L'inégalité était aussi présente dans le mariage. Cela est démontré dans la décision 1973 d'une affaire dans laquelle une femme du nom de Irene Murdoch, qui avait construit un ranch en Alberta avec son mari, s'est vu refuser le droit de faire valoir son droit de propriété sur la terre par un certain juge. Les événements historiques auxquels les femmes ont pris part, tels que 1st et 2nd World War, ont été une occasion pour les femmes de se développer économiquement et de renforcer leurs droits.

La Journée de la personne célèbre la commémoration de l'affaire 1929 Edwards c. Canada, dans laquelle les femmes ont été identifiées comme des «personnes qualifiées» en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867. Auparavant, les femmes avaient acquis le droit de voter lors du vote populaire fédéral, mais par 1918, certaines organisations politiques comme le sénat leur ont interdit délibérément de ne pas pouvoir bénéficier du statut de «personnes qualifiées». Les cinq femmes albertaines, appelées les «Célèbres cinq», ont connu le succès grâce à une lutte acharnée pour l'égalité des Canadiennes, ce qui a ensuite permis aux femmes de se porter garantes des rectifications qui en découlent. Certains États ont accordé aux femmes le droit de voter aux élections municipales en tant que propriétaires, même si le fait que ce suffrage provincial confère automatiquement aux femmes une chance de voter aux élections fédérales fait actuellement l'objet d'un débat au Parlement canadien.

La loi autorisant le suffrage fédéral féminin a commencé à être appliquée en janvier 1919. La loi sur les élections fédérales de 1920, qui donnait aux femmes une chance de voter lors des élections fédérales, permettait également aux femmes de participer en tant que candidates. La loi présentait toutefois un certain nombre d'inconvénients, notamment le fait qu'elle discriminait les femmes de certaines minorités ethniques. Il n'a pas non plus éliminé toutes les disparités provinciales. Cependant, les progrès dans les droits des femmes sont attribués à la participation des femmes à la guerre mondiale 1st. C'est après la 1e guerre mondiale que les femmes ont été autorisées à occuper des postes d'officiers de l'armée et même à se porter candidates à des postes électifs au Parlement fédéral et à occuper des fonctions publiques. Les femmes soldats ont joué divers rôles mais ont participé à la 2nd War en tant que soldat, mais elles étaient sous-payées par rapport à leurs homologues masculins. Il a fallu déployer des efforts considérables pour convaincre les autorités militaires de respecter le principe de l’égalité de traitement des femmes militaires avec les hommes militaires. Sur la scène politique, bien que 1939 ne compte que deux femmes à la Chambre des communes, le nombre de femmes participant activement aux principaux partis politiques et au débat électoral a augmenté.

Les luttes qui ont suivi après la 2nd World War se sont concentrées sur d'autres domaines tels que la planification familiale et l'avortement. Ces efforts ont porté leurs fruits l'année 1969 au cours de laquelle l'avortement a été légalisé. Les femmes courageuses ont continué à plaider en faveur d'une augmentation des chances des femmes dans les établissements d'enseignement supérieur et de l'égalité de traitement sur le lieu de travail. Dans le monde actuel, un nombre croissant de femmes ont rejoint les emplois formels et informels. Cependant, avec les rôles domestiques tels que donner des soins aux enfants, les femmes qui se trouvent sur le marché du travail continuent à être mises à rude épreuve. Bien que certaines questions telles que la violence domestique et les disparités de rémunération pour un travail égal persistent dans le monde des femmes, les obstacles que doivent surmonter les femmes pour défendre leurs droits se manifestent par leur persistance.

Les luttes qui ont suivi après la 2nd World War se sont concentrées sur d'autres domaines tels que la planification familiale et l'avortement. Ces efforts ont porté leurs fruits l'année 1969 au cours de laquelle l'avortement a été légalisé. Les femmes courageuses ont continué à plaider en faveur d'une augmentation des chances des femmes dans les établissements d'enseignement supérieur et de l'égalité de traitement sur le lieu de travail. Dans le monde actuel, un nombre croissant de femmes ont rejoint les emplois formels et informels. Cependant, avec les rôles domestiques tels que donner des soins aux enfants, les femmes qui se trouvent sur le marché du travail continuent à être mises à rude épreuve. Bien que certaines questions telles que la violence domestique et les disparités de rémunération pour un travail égal persistent dans le monde des femmes, les obstacles que doivent surmonter les femmes pour défendre leurs droits se manifestent par leur persistance.

L'inégalité des femmes au Canada remonte à l'Acte américano-britannique (1867), qui est devenu le fondement de la constitution canadienne. La principale lacune inscrite dans la BNA était la suppression totale des droits des femmes. Ici, il a été interdit aux femmes de participer directement à la vie publique. En conséquence, les femmes ont été marginalisées dans la vie publique. Au cours d'une période dépassant une décennie, les femmes canadiennes ont formé des groupes dans le but de créer un degré d'équité civique pour elles et leurs familles. Ils ont fait valoir qu'ils apportaient chaque jour une contribution significative à la société. Par conséquent, ils ont ordonné des droits semblables à ceux que possèdent les hommes. Les obligations familiales assumées par les femmes et les droits civiques imposés par les femmes de participer à la politique ont façonné le dynamisme avec lequel les organisations de femmes ultérieures ont navigué. Cependant, l'ordre des mêmes droits que les hommes a été la caractéristique de l'organisation de femmes qui a résisté à l'épreuve du temps malgré l'opposition constante.


Regarde aussi: Services de rédaction académique


Jusqu'à 1946, le droit de vote des femmes lors d'une élection n'était pas présent et leur nationalité était déterminée par le père ou le mari. Les dispositions en vigueur à l'époque allaient de pair avec le droit de vote et le droit de citoyenneté pour les femmes qui contractent un mariage avec un homme non britannique. Les femmes mariées étaient obligées de subvenir aux besoins de leur conjoint et étaient empêchées de chercher un emploi ou de se livrer à des activités génératrices de revenus. Dans les 1960, les femmes ont été autorisées à prendre part aux élections. Cependant, c’est le nombre de candidates qui ont réussi à obtenir des sièges qui a permis d’obtenir quelques femmes, tant au sein de la magistrature que du pouvoir législatif.

En outre, une idéologie selon laquelle seule la maternité pouvait permettre aux femmes d’acquérir un statut était avancée en permettant uniquement aux femmes mariées d’avoir accès au contrôle des naissances. À travers ces actes, les femmes ont été rétrogradées au rôle de en étant constamment mises à l'écart dans d'autres aspects de la société. L'inégalité était aussi présente dans le mariage. Cela est démontré dans la décision 1973 d'une affaire dans laquelle une femme du nom de Irene Murdoch, qui avait construit un ranch en Alberta avec son mari, s'est vu refuser le droit de faire valoir son droit de propriété sur la terre par un certain juge. Les événements historiques auxquels les femmes ont pris part, tels que 1st et 2nd World War, ont été une occasion pour les femmes de se développer économiquement et de renforcer leurs droits.

La Journée de la personne célèbre la commémoration de l'affaire 1929 Edwards c. Canada, dans laquelle les femmes ont été identifiées comme des «personnes qualifiées» en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867. Auparavant, les femmes avaient acquis le droit de voter lors du vote populaire fédéral, mais par 1918, certaines organisations politiques comme le sénat leur ont interdit délibérément de ne pas pouvoir bénéficier du statut de «personnes qualifiées». Les cinq femmes albertaines, appelées les «Célèbres cinq», ont connu le succès grâce à un dur combat pour l'égalité des Canadiennes, offrant ensuite aux femmes la possibilité de se porter garantes des rectifications qui en découlent.Certains États ont donné le droit aux femmes de voter aux élections municipales en vertu Le Parlement canadien débattait de la question de savoir si le suffrage provincial devait automatiquement donner aux femmes la possibilité de voter lors des élections fédérales.

La loi autorisant le suffrage fédéral féminin a commencé à être appliquée en janvier 1919 (Uneke, 2014). La loi sur les élections fédérales de 1920, qui donnait aux femmes une chance de voter lors des élections fédérales, permettait également aux femmes de participer en tant que candidates. La loi présentait toutefois un certain nombre d'inconvénients, notamment le fait qu'elle discriminait les femmes de certaines minorités ethniques. Il n'a pas non plus éliminé toutes les disparités provinciales. Cependant, les progrès dans les droits des femmes sont attribués à la participation des femmes à la guerre mondiale 1st. C'est après la 1e guerre mondiale que les femmes ont été autorisées à occuper des postes d'officiers de l'armée et même à se porter candidates à des postes électifs au Parlement fédéral et à occuper des fonctions publiques.

Les femmes soldats ont joué divers rôles mais ont participé à la 2nd War en tant que soldat, mais elles étaient sous-payées par rapport à leurs homologues masculins. Il a fallu déployer des efforts considérables pour convaincre les autorités militaires de respecter le principe de l’égalité de traitement des femmes militaires avec les hommes militaires. Sur la scène politique, bien que 1939 ne compte que deux femmes à la Chambre des communes, le nombre de femmes participant activement aux principaux partis politiques et au débat électoral a augmenté.

Les luttes qui ont suivi après la 2nd World War se sont concentrées sur d'autres domaines tels que la planification familiale et l'avortement (Dawson, 2013). Ces efforts ont porté leurs fruits l’année 1969 au cours de laquelle l’avortement a été légalisé. Les femmes courageuses ont continué à plaider en faveur d'une augmentation des chances des femmes dans les établissements d'enseignement supérieur et de l'égalité de traitement sur le lieu de travail. Dans le monde actuel, un nombre croissant de femmes ont rejoint les emplois formels et informels. Cependant, avec les rôles domestiques tels que s'occuper des enfants, les femmes qui se trouvent sur le marché du travail continuent à être mises à l'épreuve. Bien que certaines questions telles que la violence domestique et les disparités de rémunération à travail égal persistent dans le monde des femmes d'aujourd'hui, la persévérance a permis aux femmes de se battre pour défendre leurs droits.

Offre spéciale!
Utilisez COUPON: UREKA15 pour obtenir 15.0% off.

Toutes les nouvelles commandes sur:

Rédaction, réécriture et édition

Commander Maintenant