Épistémologie personnelle
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Note 5.00 (Votes 2)

Travail social

Le travail social est une profession qui encourage le changement social et l’autonomisation des personnes afin d’améliorer leur bien-être. La profession implique également la résolution de problèmes affectant les relations humaines. Le travail social entre en jeu lorsque des êtres humains interagissent avec leur environnement. Le travail social a pour principaux objectifs de donner aux individus les moyens de réaliser leur plein potentiel, de compléter leur vie et d'éviter les dysfonctionnements. La profession est étroitement liée aux principes, aux valeurs et à la pratique. En termes de valeurs, le travail social se situe dans le respect de la dignité, de l'intégrité et de l'équité. Le désir d'aider les membres défavorisés de la société à répondre à leurs besoins humains et à réaliser leur plein potentiel justifie et motive le travail social.

En termes théoriques, le travail social reconnaît les subtilités auxquelles l'homme est confronté dans ses interactions avec son environnement. Ainsi, le travail social s’appuie sur les théories du développement social, culturel et humain pour explorer des scénarios aux multiples facettes. En termes de pratique, le travail social s'attaque aux inégalités, aux obstacles et aux injustices dans les sociétés. La profession répond aux situations critiques et aux crises vécues par les humains dans leurs interactions avec l'environnement. La profession exige également que les gens appliquent une gamme de techniques et de compétences pour faire face à ces situations.

Travail d'un travailleur social

Les travailleurs sociaux sont des professionnels chargés d'aider les populations vulnérables en période de difficultés ou de dommages. Ces professionnels remplissent de nombreuses fonctions. Tout d'abord, un travailleur social réagit à des situations complexes. Un travailleur social est doté de compétences en leadership pour trouver des solutions à des situations complexes ou source de confusion impliquant des familles ou des personnes défavorisées. Un travailleur social doit posséder des compétences analytiques pour trouver des solutions à des situations familiales complexes nécessitant des interventions immédiates. Ce spécialiste est également chargé d'évaluer et de gérer les risques. Comme indiqué précédemment, le travail social consiste à aider et à prévenir les dommages éventuels. Par conséquent, un travailleur social évalue et gère les risques pouvant causer de graves préjudices aux personnes. Ces risques peuvent provenir de l'intérieur (des personnes elles-mêmes) ou de l'extérieur (de leur environnement). La profession s'attend à ce qu'un travailleur social intervienne dans de telles situations et conseille ces personnes sur les mesures à prendre. Un travailleur social s'attaque également à l'exclusion sociale et aux difficultés ou aux défis. Les travailleurs sociaux aident les individus à surmonter les situations difficiles ou les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Par exemple, ils peuvent aider des populations vivant dans des conditions de pauvreté abominable ou en mauvaise santé. Ils peuvent également aider les personnes défavorisées comme les personnes handicapées en maximisant leurs forces et leur potentiel.

Hypothèses de base sur les personnes

Les sociétés ont différentes catégories de personnes. Les gens peuvent être méchants, bons ou entre mauvais et bons. La méchanceté ou la bonté des gens dépend de leurs perceptions et de leurs environnements. Un environnement a une influence significative sur le fait qu'une personne devienne mauvaise ou bonne. Par exemple, une personne élevée dans un cadre qui glorifie la richesse matérielle peut devenir mauvaise à mesure qu'elle poursuit les puissances qui créent ces richesses. Une telle personne sera tentée de tricher ou de voler pour devenir riche. Cet individu peut continuer à tromper, tuer ou voler tout en haut pour conserver son statut. De même, un environnement qui glorifie la moralité nourrira une bonne personne. Un cadre moral encouragera les gens à rechercher la richesse ou la richesse par des moyens justes, légitimes et honnêtes. Un tel environnement peut également soulever une personne qui croit que les richesses injustes et immorales sont injustifiées et inutiles.

Comment les gens deviennent bons, mauvais ou quelque part entre les deux

Les gens deviennent bons ou mauvais pour plusieurs raisons. Premièrement, une personne peut devenir bonne ou mauvaise à cause de bonnes ou de mauvaises expériences passées. Une personne qui a vécu de bonnes expériences dans le passé est susceptible de devenir bonne, tandis qu'une personne ayant vécu de mauvaises expériences est susceptible de devenir mauvaise. Par exemple, une personne qui perd tout son investissement financier par des stratagèmes frauduleux ou par une escroquerie peut avoir tort de se venger de ses tribulations. À l'inverse, une personne qui n'a pas eu un mauvais passé peut ne pas avoir la motivation nécessaire pour faire de mauvaises choses; ainsi, ils resteront bons. L'autre raison pour laquelle les gens deviennent méchants est le déséquilibre dans la société. Une personne peut devenir mauvaise à cause d'injustices ou d'inégalités qu'elle subit dans la société. Un individu élevé dans une communauté de niveau socio-économique inférieur peut choisir de devenir un voleur dans le but d'atténuer les injustices ou le déséquilibre. Une telle personne peut considérer le monde ou la vie comme injuste. Une personne peut aussi devenir mauvaise pour en tirer du plaisir. Par exemple, un tueur en série ou un violeur peut trouver du plaisir à faire souffrir ses victimes.

Développement et origine des problèmes

Les problèmes proviennent de facteurs socio-économiques. Les facteurs socioéconomiques renvoient à des problèmes qui affectent la position sociale et économique d’individus ou de familles. Par exemple, un problème comme un crime peut provenir de niveaux de pauvreté déséquilibrés dans la société. La pauvreté peut amener les gens à se lancer dans la criminalité. Un problème peut également résulter des disparités dans l’accès aux soins de santé et des niveaux d’éducation. Les disparités dans l'accès aux soins de santé peuvent entraîner des problèmes de santé et des souffrances. Des niveaux de scolarité moins élevés peuvent également susciter des problèmes car ils empêchent les individus de saisir des opportunités économiques vitales. Mes origines ethniques et raciales façonnent les problèmes auxquels je suis confronté, car elles déterminent les chances que j'ai d'avoir accès à des soins de santé de qualité, à la justice et à l'éducation.

Pourquoi les gens cherchent ou ne cherchent pas de l'aide

Les gens cherchent ou ne demandent pas d'aide pour diverses raisons. Par exemple, les personnes recherchent ou ne cherchent pas d'aide en fonction de leur capacité perçue à résoudre leurs problèmes. Une personne ne cherchera pas à obtenir de l'aide si elle juge son problème trop difficile à gérer, et inversement. La nature ou la condition d'une personne peut également déterminer si elle recherche ou non de l'aide. Par exemple, une personne souffrant de psychose ou de démence peut ne pas se rendre compte qu'elle a un problème ou devrait demander de l'aide. Une personne sous l'influence de drogues ou d'alcool peut également ne pas se rendre compte qu'elle a besoin d'aide.

Cause du changement chez les gens

Les gens changent pour trois raisons principales. Premièrement, les gens changent à cause des connaissances acquises. Une personne possédant une mine de connaissances peut changer car elle a différentes possibilités de faire les choses. Deuxièmement, une personne peut changer parce qu’elle est fatiguée de sa situation actuelle. Une personne peut s’ennuyer de faire les choses de la même manière pendant longtemps. Ils peuvent envisager de le faire d'une autre manière. Troisièmement, un individu peut changer parce qu'il a longtemps souffert dans sa situation actuelle. Ils peuvent changer de position pour réduire ces souffrances.

Gestion des conflits et des désaccords

Les gens traitent les différends et les conflits de différentes manières. Premièrement, les gens gèrent les conflits par des affrontements. Dans cette stratégie, une partie se considère comme ayant raison et l'autre comme ayant tort. Les parties se retrouvent dans une situation gagnant-perdant. L'autre stratégie est l'évitement. Dans cette stratégie, les parties peuvent choisir d’éviter le désaccord en se taisant ou en ne prenant aucune mesure. Les individus choisissent cette stratégie pour éviter les relations de rupture. L'autre stratégie consiste à céder. Certaines personnes gèrent les conflits en concédant à la partie un argument plus fort ou plus réaliste. Une partie cédera à l’autre partie pour maintenir la paix. Certaines personnes gèrent les conflits et les désaccords par le biais de compromis. Le compromis consiste en un accord entre les deux parties en conflit pour négocier et parvenir à un compromis. Mes perspectives sociopolitiques m'encouragent à faire preuve de compromis dans la gestion des conflits et des désaccords. Je préfère négocier avec mon adversaire pour arriver à un terrain d'entente ou à une situation gagnant-gagnant. Cette stratégie entretient également des relations.

Style de communication primaire

Mon style de communication principal est la communication directe. Je préfère exprimer directement mes points de vue ou opinions sur des problèmes lorsque je communique avec d'autres. J'utilise également des déclarations claires pour convaincre les autres d'adopter mon point de vue. En tant que communicatrice directe, je cherche à convaincre et à convaincre mon public d’adopter mon attitude face aux problèmes. Mes perspectives sociopolitiques façonnent mon style de communication en me motivant à donner des ordres et à les appliquer. J'essaie de passer des ordres de manière respectable et inoffensive et incite résolument les gens à agir.

Groupes de personnes avec lesquelles j'espère lutter dans ma pratique clinique

Je prévois de lutter avec des groupes non chrétiens dans ma pratique clinique. Mon milieu clinique est ouvert aux personnes de tous les milieux religieux. Ainsi, je compte entrer en contact avec des personnes qui ont des croyances différentes des miennes. En tant que chrétien, j'aurai du mal à mener à bien mes pratiques cliniques conformément aux attentes des musulmans, des hindous, des juifs et d'autres groupes religieux. Par exemple, ces groupes peuvent manifester de l'hostilité, des préjugés, de la discrimination et des abus manifestes envers moi dans leur contexte local. Par exemple, le fait de travailler avec ce groupe de personnes peut provenir de pratiques cliniques qui semblent contredire leurs croyances religieuses. Par exemple, cette population peut être peu disposée à discuter ouvertement de la santé sexuelle et de l’utilisation des contraceptifs.

Changements identifiés pour travailler avec de tels groupes

Pour assurer des relations productives avec ce groupe de personnes, je vais utiliser un réseau de chefs religieux locaux pour éliminer les zones grises lors de toute intervention clinique dans la pratique. Deuxièmement, je veillerai à acquérir des connaissances sur les différentes coutumes religieuses avant de servir ces populations. La collecte de connaissances sur les croyances de ces populations me permettra d’utiliser des interventions ou d’engager des discussions qui ne sont pas controversées. Troisièmement, je préparerai ces clients à des programmes susceptibles d’évoquer des controverses. Par exemple, je préparerai les hindous et les musulmans à des programmes pouvant inclure des éléments du christianisme et inversement.

Pièces jointes:
FichierDescriptionTaille du fichier
Téléchargez ce fichier (personal_epistemology.pdf)Épistémologie personnelleÉpistémologie personnelle130 kB

Plus d'échantillons d'écritures

Offre spéciale!
Utilisez COUPON: UREKA15 pour obtenir 15.0% off.

Toutes les nouvelles commandes sur:

Rédaction, réécriture et édition

Commander Maintenant